Les 10 raisons de manger des aliments frais biologiques

Choisir des aliments frais peut vous aider à vous sentir mieux et à préserver l’environnement

Indépendamment de la diététique ou des régimes, les aliments biologiques sont une option intelligente. Opter pour des aliments biologiques est un choix efficace pour la santé personnelle et planétaire. L’achat de produits biologiques sans ajouts de produits nocifs, est un choix pour la santé et l’avenir des générations à venir.

Voici les 10 principales raisons de choisir des aliments biologiques aujourd’hui:

1. Évitez les produits chimiques

Manger des aliments biologiques est le seul moyen d’éviter le cocktail de poisons chimiques présents dans les aliments cultivés commercialement. Plus de 600 produits chimiques actifs sont enregistrés dans la culture agricole en Amérique. L’application moyenne équivaut à environ 8 kilos de pesticides chimiques par personne chaque année. Un grand nombre de ces produits chimiques ont été approuvés par l’Environmental Protection Agency (EPA) avant d’être soumis à des tests alimentaires approfondis.

 La National Academy of Sciences rapporte que 90% des produits chimiques appliqués aux aliments n’ont pas été testés pour les effets à long terme sur la santé avant d’être jugés «sûrs». En outre, la FDA teste seulement 1% des aliments pour les résidus de pesticides. Les pesticides les plus dangereux et les plus toxiques nécessitent des méthodes de test spéciales, rarement utilisées par la FDA.

2. Bénéficier de plus de nutriments

Les aliments issus de l’agriculture biologique contiennent plus de nutriments – vitamines, minéraux, enzymes et micronutriments – que les aliments cultivés dans le commerce parce que le sol est géré et nourri selon des pratiques durables avec des normes responsables. Le Journal of Alternative et Complementary Medicine  a examiné 41 études publiées comparant la valeur nutritionnelle des fruits, légumes et céréales cultivés biologiquement et a conclu qu’il y avait significativement plus de plusieurs nutriments dans les cultures vivrières biologiques.

De plus, l’étude vérifie que cinq portions de légumes biologiques (comme la laitue, les épinards, les carottes, les pommes de terre et le chou) fournissent une quantité adéquate de vitamine C, alors que le même nombre de portions de légumes conventionnels n’en contiennent pas.

En moyenne, les aliments biologiques fournissent: 21,1% plus de fer (que leurs homologues conventionnels); 27% de plus de vitamine C; 29,3% plus de magnésium; 13,6% plus de phosphore

3. Un meilleur goût

Essayez-les! Les aliments issus de l’agriculture biologique ont généralement un meilleur goût parce que le sol bien nourri et bien équilibré produit des plantes saines et vigoureuses. Cela est particulièrement vrai avec les variétés anciennes, qui sont cultivées pour le goût plutôt que pour leur l’apparence.

4. Évitez les OGM

Les aliments génétiquement modifiés (OGM) et les organismes génétiquement modifiés (OGM) contaminent notre chaîne alimentaire à un rythme alarmant, avec des répercussions catastrophiques. Les aliments génétiquement modifiés ne sont pas automatiquement étiquetés en Amérique. Parce que les aliments cultivés biologiquement ne peuvent pas être modifiés génétiquement, le choix biologique est la seule façon de s’assurer que les aliments qui ont été génétiquement modifiés restent hors de votre alimentation.

5. Évitez les hormones, les antibiotiques et les médicaments dans les produits animaux

La viande et les produits laitiers conventionnels sont les aliments les plus à risque pour la contamination par des substances nocives. Plus de 90% des pesticides consommés par les Américains se retrouvent dans la graisse et les tissus de la viande et des produits laitiers.

L’EPA rapporte que la majorité de l’apport en pesticides provient de la viande, de la volaille, du poisson, des œufs et des produits laitiers, car ces aliments sont tous en haut de la chaîne alimentaire. Par exemple, un gros poisson qui mange un poisson plus petit qui mange des poissons encore plus petits accumule toutes les toxines de la chaîne, en particulier dans les tissus adipeux. Les vaches, les poulets et les porcs sont nourris avec des parties d’animaux, des sous-produits, de la farine de poisson et des céréales lourdement chargées de toxines et de produits chimiques. Les produits provenant d’animaux à faible teneur en matières grasses sont moins dangereux, car les toxines et les produits chimiques s’accumulent et se concentrent dans les tissus adipeux.

Les antibiotiques, les médicaments et les hormones de croissance sont également transmis directement à la viande et aux produits laitiers. Des dizaines de millions de kilos d’antibiotiques sont utilisés dans l’alimentation animale chaque année. Le syndicat des scientifiques estime qu’environ 70% des antibiotiques produits aux États-Unis sont administrés aux animaux à des fins non thérapeutiques. Les agriculteurs américains ont donné des hormones sexuelles et des hormones de croissance aux bovins pour augmenter artificiellement la quantité de viande et de lait. les bovins en produisent sans avoir besoin d’aliments supplémentaires. Les hormones données aux vaches ne peuvent pas être détruites, même à des températures élevées. Par conséquent, ils restent dans les aliments et passent directement dans l’alimentation du consommateur lorsque la viande est consommée.

La supplémentation en hormones est la plus grande préoccupation avec le bœuf, les produits laitiers et le poisson d’élevage. La communauté scientifique européenne est d’accord avec le fait qu’il n’y a pas de niveau acceptable pour la consommation quotidienne de l’une ou l’autre des hormones actuellement utilisées aux États-Unis et a par la suite interdit toutes les hormones de croissance.

On remarque alors chez les consommateurs américains un début précoce de la puberté, des tumeurs, des risques accrus de cancer et des problèmes génétiques. Les hormones de croissance dans le lait (rBGH ou rBST) sont génétiquement modifiées et ont été directement liées au cancer, en particulier chez les femmes.

De nombreux scientifiques et experts préviennent que l’utilisation généralisée d’antibiotiques dans les aliments pour animaux, comme la pénicilline et la tétracycline, engendrera une épidémie contre laquelle la médecine n’a aucune défense. Karim Ahmed, Ph.D., chercheur principal au Conseil de défense des ressources naturelles (NRDC), affirme que « c’est peut-être l’un des problèmes de santé publique les plus graves auxquels le pays est confronté.

Le choix de produits de provenant d’animaux biologiques est d’une importance capitale, en particulier pour les enfants, les femmes enceintes et les mères qui allaitent.

6. Préserver nos écosystèmes

L’agriculture biologique soutient l’éco-subsistance, ou l’agriculture en harmonie avec la nature.

La préservation du sol et la rotation des cultures maintiennent la santé des terres agricoles et l’abstinence chimique préserve l’écosystème. La faune, les insectes, les grenouilles, les oiseaux et les organismes du sol sont capables de jouer leur rôle dans le respect de l’écologie, et nous sommes tous capables de participer, sans interférence ni compromis.

7. Réduire la pollution et protéger l’eau et le sol

Les produits chimiques agricoles, les pesticides et les engrais contaminent notre environnement, empoisonnent nos précieux approvisionnements en eau et détruisent la valeur des terres agricoles fertiles. Les normes biologiques certifiées ne permettent pas l’utilisation de produits chimiques toxiques dans l’agriculture et exigent une gestion responsable des sols et de la biodiversité.

Selon l’entomologiste David Pimentel de Cornell, on estime que seulement 0,1% des pesticides appliqués atteignent leur cibles. La majeure partie des pesticides (99,%) impact l’environnement.

8. Préserver la diversité agricole

La perte croissante d’espèces survenant aujourd’hui est une préoccupation environnementale majeure. On estime que 75% de la diversité génétique des cultures agricoles ont été perdue au cours du siècle dernier. S’appuyer sur une ou deux variétés d’un aliment donné est une catastrophe pour la diversité. Par exemple, considérons que seulement une poignée de variétés de pommes de terre dominent le marché actuel, alors que des milliers de variétés étaient autrefois disponibles.

Revenons à la famine de la pomme de terre de l’histoire récente en Irlande, où une bactérie a disséminé toute une récolte, qui se composait de quelques variétés, la conséquence est que des millions de personnes sont mortes de faim. De nos jours, la plupart des fermes industrielles ne produisent qu’une seule variété plutôt qu’un éventail de cultures sur un terrain. L’ignorance est le bonheur? Ou l’amnésie est désastreuse? La rotation des cultures est une technique simple et efficace utilisée en agriculture biologique pour réduire le besoin de pesticides et améliorer la fertilité des sols.

La plupart des aliments conventionnels sont des hybrides pour produire de grands spécimens attrayants, plutôt qu’une variété de souches indigènes qui tolèrent les conditions régionales telles que la sécheresse et les bactéries. De nombreuses fermes biologiques cultivent une gamme variée de produits alimentaires, en tenant compte des éléments naturels et de la tradition éprouvée. La diversité est essentielle à la survie.

9. Soutenir l’agriculture directement

L’achat d’aliments biologiques est un investissement dans un avenir durable. L’agriculture commerciale et conventionnelle est fortement subventionnée avec l’argent des contribuables en Amérique. Une étude menée à l’Université Cornell a déterminé que le coût d’une tête de laitue commerciale iceberg, généralement achetée à 49 centimes pièce, dépassait 3,00 $ par tête lorsque des coûts cachés étaient révélés. L’étude tient compte des coûts cachés des subventions fédérales, de la réglementation et de l’analyse des pesticides, ainsi que des déchets dangereux et du nettoyage.

Chaque année, l’argent des contribuables américains subventionne des milliards de dollars pour une facture agricole qui favorise fortement l’agro-industrie commerciale. Un autre aspect de l’agriculture moderne révèle qu’un prix ne peut être mesurée avec précision et qu’il inclut certainement d’autres coûts associés néfastes tels que les problèmes de santé, les dommages environnementaux, et la perte et l’extinction de la faune et de l’écologie.

10. Préserver nos enfants et l’avenir en toute sécurité

Mettons notre argent là où nous sommes sur de ce que nous mangeons. Dépensez votre argent dans le secteur biologique est un vote direct pour un avenir durable pour les nombreuses générations à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.